Chirurgie des Annexes


KYSTECTOMIE OVARIENNE

Il s’agit de l’ablation chirurgicale d’un kyste de l’ovaire.
- Kyste ovarien d’aspect fonctionnel de plus de 3cm, persistant pendant plus de trois mois.
- Kyste ovarien d’aspect organique, mais non suspect de malignité (kyste séreux, kyste endométrioïde, kyste mucineux, kyste dermoïde).
- En urgence, devant la survenue d’une complication aigue (torsion d’annexe, hémorragie interne etc).
La technique de référence est la coelioscopie sous anesthésie générale. Une lapatotomie est pratiquée lorsque le volume du kyste est très important ; lorsqu’il existe un doute quant à la bénignité du kyste ou en cas de difficulté opératoire.
Seul le kyste est enlevé et adressé en analyse anatomopathologique, l’ovaire reste quasiment intact.
 

CHIRURGIE DE LA STERILITE TUBAIRE

Le bilan d’infertilité comprend une hystérosalpingographie (radiographie des trompes) afin de connaître la perméabilité tubaire. En cas de lésions localisées, une chirurgie de la trompe utérine peut être possible. La coelioscopie permet de réaliser le geste adapté aux constatations peropératoires :

Epreuve au bleu : Elle consiste à vérifier plus particulièrement l’état des trompes utérines par l’injection dans l’utérus d’un produit de couleur bleue qui va faire issue par l’extrémité des trompes. Elle permet donc d’analyser la perméabilité des trompes.

Drilling ovarien : Technique chirurgicale qui consiste à effectuer des micro perforations dans les ovaires dans le but d'obtenir des ovulations normales et des grossesses chez les patientes atteintes du syndrome des ovaires dystrophiques polykystiques.

Adhésiolyse

Fimbrioplastie ou Salpingonéostomie : Plastie par ouverture de l’extrémité distale de la trompe en cas de phimosis tubaire (trompe bouchée) ou par création d’un nouvel orifice au bout de la trompe.

Déligature tubaire : Résection partielle de la trompe puis suture bout à bout des extrémités pour rétablir la perméabilité tubaire.

Traitement d’une endométriose

STERILISATION TUBAIRE

La stérilisation tubaire, ou ligature des trompes est un moyen de contraception définitif et irréversible. C’est une décision qui nécessite un délai de réflexion médico-légal de 4 mois à partir de la date de la demande faite au chirurgien (loi du 4 juillet 2001).
La stérilisation tubaire consiste à oblitérer un segment de chacune des deux trompes, afin d’empêcher la rencontre du spermatozoïde et de l’ovocyte. Cette opération de stérilisation tubaire peut se pratiquer de diverses manières :

Par coelioscopie : 

Elle se fait sous anesthésie générale. Une camera qui permet de repérer les trompes est 

introduite à travers une incision au niveau du nombril, et un second instrument par une incision sus-pubienne. Chaque trompe est obturée par un clip. L’intervention nécessite une nuit d'hospitalisation. Un arrêt de travail d’une semaine est à prévoir.


Par hystéroscopie : 

Plus récente et plus simple avec la technique Essure®. On obstrue l’orifice des trompes à l’aide d’implants au cours d’une hystéroscopie 'par les voies naturelles). Le geste est réalisé de préférence sans anesthésie. L’intervention dure 10 minutes et est réalisée en ambulatoire. Une fibrose se forme autour de ces ressorts qui bouche les trompes progressivement en trois mois (une contraception est indispensable pendant cette période). Les avantages de cette technique, sont l’absence de cicatrice et de douleur, l’absence d’arrêt de travail, et rapidité du geste.