Chirurgie du Col

CONISATION

La conisation consiste à enlever chirurgicalement une portion du col utérin.
Elle est réalisée le plus souvent devant l'existence d'anomalies du col appelées dysplasies. En l'absence de traitement, ces lésions peuvent évoluer après plusieurs années vers un véritable cancer du col de l'utérus, ce qui justifie l'ablation d'une portion de celui-ci.
L'intervention a deux buts principaux.


1. Elle permet de confirmer le type exact d'anomalie du col et son étendue.

2. Le plus souvent, elle est également thérapeutique, c'est à dire qu'elle suffit à permettre l'ablation complète des lésions de dysplasie et donc à éviter l'évolution vers un cancer invasif.

 

COMMENT SE PASSE L'OPÉRATION ?

L'intervention est réalisée sous anesthésie générale.
La conisation s'effectue par les voies naturelles. Elle peut être réalisée le plus couramment à l'aide d'un bistouri électrique (anse diathermique), au bistouri "froid" (lame) ou à l'aide d'un laser.

EXISTE-T-IL DES INCONVENIENTS OU DES RISQUES ?

La conisation est une intervention fréquente qui comporte peu de risques.
Le principal risque est hémorragique. Il survient le plus souvent quelques jours après l'intervention, après le retour à domicile. Sa survenue doit faire consulter dès que possible votre médecin. Si une hémorragie survient, elle peut nécessiter la mise en place d'un tamponnement par une mèche (compresse) vaginale. Dans de rares cas l'hémorragie peut nécessiter une réintervention et, exceptionnellement, une transfusion sanguine.
La conisation ne provoque aucune douleur post-opératoire. Cette opération préserve la possibilité de grossesse ultérieure. Un risque augmenté de fausse-couche spontanée et d'accouchement prématuré a été décrit après conisation.

Tardivement, un rétrécissement (sténose) du col peut survenir et empêcher l'écoulement normal des règles et la surveillance ultérieure du col. Cette sténose peut nécessiter une simple dilatation et plus rarement une nouvelle intervention. Rarement, elle peut entraîner des difficultés d'ouverture du col au moment d'un accouchement.

Certains risques peuvent être favorisés par votre état, vos antécédents ou par un traitement pris avant l'opération. Il est impératif d'informer le médecin de vos antécédents (personnels et familiaux) et de l'ensemble des traitements et médicaments que vous prenez.

EN PRATIQUE

  • Avant l'opération
    • une consultation pré-anesthésique doit être réalisée systématiquement avant toute intervention.
    • vous serez hospitalisée le matin même ou la veille de l'opération.
    • une perfusion sera mise en place puis l'anesthésie sera effectuée.
                • Après l'opération,
                  • La sortie a généralement lieu le jour même 4 à 6 heures après l'intervention avec une personne accompagnante. Une hospitalisation de 24 ou 48 heures peut parfois être nécessaire.
                  • Une mèche ou compresse est parfois laissée en place dans les suites immédiates.
                  • Il est recommandé d'attendre la visite post-opératoire, environ un mois après l'opération ,pour reprendre une activité sexuelle.
                  • La pièce de conisation est toujours examinée au microscope. Le résultat de cette analyse vous sera communiqué par votre médecine et éventuellement commenté lors de la visite post-opératoire.
                  • Si des saignements d'abondance supérieure à des règles apparaissent après votre retour à domicile, il est indispensable de consulter en urgence ou d'informer votre médecin.
                                    • LA SURVEILLANCE APRES CONISATION

                                      La surveillance après une conisation est importante. Il existe un risque de récidive des lésions d’environ 10% en dix ans.

                                      Les facteurs qui favorisent la survenue d'une récidive sont les suivants :

                                      • Statut des marges de résection (passage « in sano » ou « non in sano »)
                                      • Age de la patiente
                                      • Post ménopause
                                      • Caractéristiques de la lésion traitée (sévérité, siège endocervical, étendue)
                                      • Persistance d'une infection à HPV.

                                      La surveillance consiste à la pratique d’un frottis et d’une colposcopie à 3 mois, 6 mois puis à 1 an. En cas de normalité de tous ces examens, la patiente reprend un rythme de suivi annuel par frottis.

                                       
                                      Ce document est adapté des fiches d'informations du CNGOF.
                                       
                                       

                                      CERCLAGE

                                       

                                      Cette intervention est destinée à renforcer le col utérin dans le but de préserver la grossesse en cours en évitant un accouchement prématuré. Elle est pratiquée chez les patientes ayant perdu une ou plusieurs grossesses spontanément lors du deuxième trimestre.

                                      L’intervention se fait sous anesthésie générale, par les voies naturelles et consiste à placer un fil tout autour du col afin d’en assurer la fermeture. Elle ne sera effectuée qu’après le premier trimestre de grossesse et le fil sera enlevé simplement au dernier trimestre. La durée d’hospitalisation est de 24 heures environ, et un control de la vitalité fœtale sera effectué avant la sortie.